Mardi 13 Juin 2017

CIGDL : BTS Professions immobilières en voie d'accréditation

CIGDL : BTS Professions immobilières en voie d'accréditation

Former de jeunes techniciens supérieurs pour répondre aux besoins du marché

Initié par la Chambre immobilière du Grand-duché de Luxembourg — CIGDL, le projet de Brevet de Technicien Supérieur - BTS «professions immobilières» devrait voir le jour à la rentrée 2017 après quatre années de préparation. Le dossier, déposé au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est en cours d’accréditation. Ce diplôme d’État supérieur répond aux besoins des professionnels de l’immobilier. Le point avec Claudine Speltz, présidente d’honneur de la CIGDL et membre du groupe curriculaire.

Madame Speltz, peut-on revenir sur la genèse de ce projet ?

Il y a quelques années, la CIGDL s’est rendu compte qu’il y avait un réel besoin de formation dans les métiers de l’immobilier Dès les années 90, la CIGDL a insisté et exercé un lobbying actif quant à la mise en place d’une formation professionnelle pour les acteurs du secteur immobilier. C’est ainsi que depuis 2004, toutes les personnes qui souhaitent déposer une demande d’autorisation d’établissement auprès du ministère de l’Économie sont obligées de suivre une formation obligatoire sur les professions de l’immobilier. Cette formation spécifique, dont le programme est fixé par le législateur, est assurée actuellement par la House of Training et vise un public adulte. Aujourd’hui, non seulement les personnes désireuses d’exercer, à titre indépendant, fréquentent cette formation, mais également les
collaborateurs des entreprises soucieuses de la compétence de leur personnel. Le BTS que nous souhaitons créer en est une suite logique, à la différence près qu’il est destiné uniquement au jeune détenteur d’un diplôme luxembourgeois, ou étranger reconnu équivalent, de fin d’études secondaires, secondaires techniques ou de technicien. L’objectif est d’offrir une formation immobilière supérieure de type court à finalité professionnelle.

Pourquoi avez-vous décidé de proposer cela aux jeunes ?

Ce brevet spécialisé ouvre une porte de qualification aux jeunes ne souhaitant pas poursuivre de longues études supérieures, mais qui ont envie d’entrer dans la vie professionnelle tout en ayant une formation professionnelle idoine. C’est une formation centrée sur la pratique des professions visées, qui permet à un jeune d’être opérationnel sur le marché dès l’obtention de son diplôme. Le BTS représente une nouvelle opportunité pour les jeunes qui souhaitent se former à une profession de l’immobilier. La première promotion sera limitée, à 12 étudiant(e)s, choisi (e) s sur dossier.

Si vous obtenez l’accréditation du ministère, la rentrée se fera au mois de septembre. Est-ce que tout est prêt ?

Nous travaillons à ce dossier depuis 2013 avec le Lycée Josy Barthel. Tout est prêt : les infrastructures, les programmes, les enseignants. La liste des entreprises qui accueilleront les stagiaires est également bien étoffée.
Il ne nous reste plus qu’à accueillir les candidats?! Le brevet de technicien supérieur «?professions immobilières?» est un diplôme spécialisé. En quoi consiste-t-il??
Cette formation a pour objectif de former des techniciens supérieurs capables d’assumer la gestion et la négociation de biens immobiliers ainsi que des opérations de promotion immobilière. La formation s’étale sur quatre semestres, soit deux années scolaires, et certifie un total de 120 crédits ECTS pour toute la formation. Les secteurs visés sont :

  • la promotion, qui développe et réalise des projets immobiliers dans le respect des lois et réglementations en la matière en tenant compte des techniques de construction?;
  • l’agence immobilière, qui recherche des acquéreurs ou des locataires, qui prend des mandats, suit et monte des dossiers jusqu’à signature de l’acte notarié ou du bail de location et qui évalue les biens immobiliers?;
  • l’administration de biens/syndic de copropriété, qui prend en charge la gestion administrative et comptable de propriétés et l’entretien d’immeubles pour le compte de propriétaires ou de copropriétaires.

Tous les trois exigent de bonnes connaissances tant en matière de construction qu’en matière juridique et contractuelle, des procédures d’autorisation, des lois et réglementations relatives à ces matières.

Quels seront les débouchés ?

Avant de nous pencher sur la structuration de ce diplôme, nous avons fait une petite étude de marché qui démontre que les entreprises du secteur sont enthousiastes à l’idée de recruter des collaborateurs compétents dans de multiples domaines, et pouvant répondre aux demandes de plus en plus exigeantes des clients, clients également de mieux en mieux informés par les outils tels qu’internet, Google, etc. Les entreprises vont pouvoir embaucher des jeunes bien formés et opérationnels tout de suite, capables de gérer seuls un dossier. De son côté, le jeune sera tout de suite à l’aise avec son nouvel environnement, car il connaît la profession et cela favorisera sa motivation. Par ailleurs, avec le vieillissement de la population, de nombreuses entreprises chercheront des repreneurs?! Et pour les plus ambitieux, ce diplôme permettra aussi de créer leur propre structure.

Quelles entreprises entendent recruter ?

Plusieurs types d’employeurs sont intéressés, à commencer par les entreprises du secteur «?professions
immobilières?», c’est-à-dire les entreprises de promotion immobilière, agences immobilières, entreprises d’administration de biens et de syndic de copropriété. Nous avons les départements «?immobiliers?» des banques et assurances, les fonds immobiliers, les family offices, et finalement, les promoteurs de logements sociaux.

Qu’attendez-vous de vos futurs étudiants ?

Premièrement la MOTIVATION?! Ces jeunes seront formés à participer au cadre de vie des citoyens et le logement occupe une place essentielle dans la vie des gens. Deuxièmement, nous attendons de nos candidats un goût prononcé pour la gestion et le droit, une bonne aptitude à la communication et à la négociation, un sens de l’économie et de la gestion de biens, un esprit d’équipe, un intérêt pour la pierre et l’architecture et de la rigueur.

Au niveau du programme, qu’allez-vous proposer ?

Les enseignants du Lycée Josy Barthel et les chargés de cours issus des milieux professionnels concernés ont beaucoup échangé sur la pédagogie, et le programme pour pouvoir proposer une formation aussi complète que possible. Les cours sont axés sur la législation et l’économie (droit, économie et gestion d’entreprise, fiscalité et finances, économie de la construction, etc.), le domaine du bâtiment (concept énergétique, technologie du bâtiment, matériaux de construction, structure de la construction, etc.), une formation générale (mathématiques, langues), et des stages en entreprise (avec rapport de stage et mémoire). Nous accordons une place de choix au langage technique, tant à l’écrit qu’à l’oral, dans les langues nationales : luxembourgeois, français, allemand auxquelles nous ajoutons l’anglais, ainsi qu’à la connaissance des principes des institutions européennes. Les méthodes d’enseignement sont axées sur des cours théoriques, des travaux en groupe, des travaux dirigés, des exercices en classe, des visites de chantiers, des exercices pratiques et des stages en entreprise. Au vu de l’évolution de la mobilité professionnelle en Europe, ce diplôme pourra contribuer à faciliter l’exercice de la profession dans n’importe quel État membre de l’Union européenne.

Dossier d’inscription disponible au Lycée Josy Barthel — Mamer
www.ljbm.lu