Revenir à la liste des articles

A l'est de notre Eden ...

Le 01/08/2019
1 / 2
Cap à l’est

A l’est de notre Eden...

Non, nous ne sommes pas si chauvins que cela mais avouez que si l’on fait abstraction du climat bien peu aride (ce serait même tout le contraire), Le Luxembourg regorge de merveilles. Rappelez-vous vos regards enamourés sur le paysage dès qu’un rayon de soleil perce... Et laissez-nous vous rappeler comme la campagne est belle. Et les villes aussi, à l’est de notre Eden...


L’eau, l’air, le vin.

Lorsque nous interrogeons André Haagen, artiste de son état mais surtout guide amoureux de son pays, l’est du Luxembourg lui évoque l’eau : « Dans l’Est, il y a tout et aussi La Moselle et la Sûre », sourit-il. Ces deux rivières (fleuves) traversant l’est du pays, en délimitent les contours poétiques, historiques et même sportifs. Il est vrai qu’à titre personnel et sans parler de sport, votre obligée s’est initiée aux joies du ski nautique sur (et d’abord beaucoup dans) la Moselle. Exit les stations balnéaires en vogue et donc bondées, ici c’est bien aussi... Trêve de bavardages, l’est du pays, grâce à la présence des romains dans le passé, s’articule en premier lieu autour des activités vinicoles et viticoles, du tourisme du vin et les cent et un petits restaurants où il fait bon s’attarder pour déguster les spécialités locales. André Haagen de m’expliquer : Jusqu’en 1815, le territoire était plus important. Il s’étendait de Schengen et sa triple frontière allemande, belge, luxembourgeoise jusqu’au nord, composant l’est.
De fait si vous venez prendre l’air dans le coin, il vous faudra impérativement passer au musée du vin de Ehnen et visiter – avec modération – toutes les grandes caves s’étalant le long de la Moselle. Avant ou après, votre première leçon de ski nautique, à vous d’en décider.


Echternach, la médiévale.

A Echternach, c’est un autre point de vue qui s’ouvre à vous puisque cette ville abbatiale est celle de la confrérie des moines d’Echternach implantée ici par Saint Willibrord. La Croix de la Justice qui symbolisait la souveraineté des abbés sur la bourgeoisie de la ville s’admire sur la place du marché. En 1774, les habitants d’Echternach voulurent démonter ce monument médiéval et le remplacer par une fontaine. Finalement, vingt ans plus tard, la croix fut détruite par les troupes révolutionnaires françaises. Reconstruite en 1938, elle fut de nouveau rasée pendant la guerre de 1944. Enfin en 1982, la croix fut rebâtie selon les plans du 18ème siècle ! La croix et la bannière, oserions-nous... Echternach qui est la plus ancienne ville du pays abrite de beaux musées qui égayeront votre journée et même si les mélomanes regrettent la disparition du festival de musique classique et de jazz qui s’y déroulait depuis 1975, gageons que d’autres trésors se nichent dans cette ville de l’est. Car, en remontant, la promenade vous entrainera inéluctablement jusqu’au château de Vianden, berceau de la dynastie des Orange-Nassau et donc l’un de ses principaux sièges. En son centre, la ville a son musée de la préhistoire et si vous vous aventurez au bord du lac, non loin du coeur de la ville, les vestiges de la plus grande villa romaine du nord des Alpes vous accueilleront autour d’une exposition permanente. Centre historique et culturel de la région du Mullerthal, la petite Suisse luxembourgeoise ne cessera de vous charmer par son esprit médiéval préservé : ici des rues labyrinthiques, là les tours de l’ancien mur d’enceinte, sans oublier la place du marché et sa mairie gothique.

Il est intéressant de noter que l’EDEN (European Destination of Excellence) est une distinction que l’Union Européenne a décerné à Echternach en raison de sa qualité d’offre en matière de tourisme durable.


Grevenmacher, le Marie-Astrid et les papillons...

Elle aussi romaine de coeur et de patrimoine, attire par sa partie de ville fortifiée mais également par le dynamisme de ses activités économiques, culturelles et sportives. Elle est le port de départ du Marie-Astrid qui vous accueille à son bord pour découvrir la région par son versant aquatique. Traversez la rive et vous voilà en Allemagne...
Si vous préférez rester en terre luxembourgeoise, les ruelles étroites, la zone piétonne, le beffroi et les fortifications médiévales vous combleront. Allez, encore une rasade dans les caves des vignerons de Grevenmacher... Et puis pour les petits et ceux qui savent encore s’extasier, le jardin des papillons exotiques !


Remich, la perle de la Moselle.

Située dans le tripoint Luxembourg-France-Allemagne, évidemment vinicole elle aussi, la paisible petite ville de Remich se blottit entre la Moselle et les collines alentour où s’épanouit le vignoble luxembourgeois.

Une fois encore, ses quartiers pittoresques et ses vieilles ruelles au cachet historique remarquable sont de précieux témoins du passé. Si vous optez pour les visites guidées de ses caves dont la renommée, soulignons-le, est internationale, vous aurez l’opportunité de visiter des caves en structure souterraine. Ensuite, rien de tel qu’une dégustation de vins et de crémants en admirant les rives de la Moselle, ou pourquoi pas en pique-niquant ou encore en se laissant tenter par l’une des excursions fluviales. La belle saison venue, Remich, prisée des touristes pour son côté délicat et suranné, cultive l’accueil et l’activité culturelle et commerciale. Puis, à l’été, l’éventail des activités se fera dense, pittoresque et résolument familial.
De quoi devenir chauvin et de, pourquoi pas, décider de passer son été au Grand-Duché !
          
Par Alix Bellac
Photos : Pixabay
 
Revenir à la liste des articles