Revenir à la liste des articles

La cuisine, the place to be.

Le 01/12/2019
1 / 2
Il existe indéniablement au Luxembourg, un marché actif et florissant en matière de cuisine. Impossible d'avoir des chiffres mais dans le secteur, on semble très satisfait: le marché de la décoration/agencement de la cuisine se porte à merveille!

Oh nous ne parlons pas ici des batteries en tout genre et autres ustensiles mais bel et bien de leur écrin. La cuisine, cette pièce devenue, au fil du temps, plus que centrale dans une habitation. La souriante Mejra Hajdarpasic de chez Poliform me le confie: «Il nous arrive d'être sollicités pour une future cuisine alors même que la maison n'est pas sortie de terre! Aujourd'hui, tout se pense et se conçoit autour de cette pièce maîtresse et le reste suit.»

La possibilité d'un ilôt

En effet, Marie témoigne: «Nous avons mis du temps à trouver une maison dans notre budget sur le Luxembourg mais même si nos économies y sont passées, je tenais à ce que la cuisine soit – presque – celle de mes rêves. J'ai des souvenirs d'enfance, chaleureux et fondateurs dans cette pièce et, mère de quatre enfants, je tenais absolument à conserver cette possibilité d'un lieu où toute la famille se retrouve pour discuter, débattre, communiquer en somme. Nous avons donc fait le choix d'une cuisine-salle à manger – deux en un et avec le très à la mode mais si convivial ilôt central – qui est d'ailleurs plus grande que la partie salon où finalement nous nous tenons beaucoup moins.»

Radiographie de la cuisine

En effet, c'est une pièce à part entière surtout depuis qu'elle est devenue commune avec la salle à manger! 80% des nouvelles constructions ont des cuisines-salles à manger en un seul lieu. C'est alors une pièce où l'on cuisine certes, mais aussi où l'on se retrouve pour écouter de la musique, travailler, recevoir amis et famille. Le cocooning intra-kitchen a encore de beaux jours devant lui et nous nous sommes laissés dire que, dans certaines cuisines, les propriétaires envisageaient l'installation d'une cheminée!
Dans un immense show-room dédié à la décoration de la maison en général et de la cuisine en particulier, les responsables du département ne cachent pas leur fierté: plus de 100 cuisines (102 exactement) sont exposées actuellement dans l'espace dévolu à cet effet! «Nous sommes fiers de pouvoir proposer une gamme plus que complète. Tout nous est demandé et rien ne nous paraît vraiment extravagant.» Il semble que tous les goûts et tous les budgets puissent trouver cuisine à hauteur de rêves.

Tendances
Les professionnels du secteur nous le confirme: «Les cuisines avec mobilier sans poignées sont moins en vogue.» Et l'expliquent ainsi: «Mettre les mains, de façon répétée sur un support, finit par l'user un peu. Nous nous sommes adaptés depuis longtemps et proposons une gamme de poignées très esthétiques et discrètes pour répondre à cette demande qui revient donc en force.» Autre tendance, celle de la couleur unie, le must étant pour certains, l'alliance du bois (de plusieurs tonalités possibles) et du noir mat en petites touches.» Chez Poliform, on note surtout un engouement jamais démenti pour le combo noir/blanc.
Pour tous les cuisinistes, l'une des grandes nouveautés par rapport aux cuisines ancienne génération, est l'offre de hottes intégrées, soit dans le plan de travail, soit dans le plafond, de sorte qu'elles ne sont visibles que quand elles sont en service. «Les techniques évoluent sans cesse et nous avons des produits très intéressants.»

Le cellier, antichambre de la cuisine
Le must si l'on dispose d'espace, est d'allier à la cuisine, une pièce à part entière où l'on pourra remiser appareils ménagers et aliments, de manière à garder une cuisine ordonnée et esthétique. François, aimant mettre la main à la pâte, épicurien en diable, nous le confie: «J'aime passer mon week-end à cuisiner et inviter mes amis. Comme la cuisine se trouve ainsi être la pièce où je reçois et étant sensible à l'aspect ordonnée des choses, mon cellier est très utile pour y jeter à la dernière minute l'aspirateur et la serpillère qui auront servi à nettoyer une après-midi entière de labeur.» Ni vu, ni connu, place aux agapes!

Envie de changement
En parlant d'esthétique, rentrer chez Poliform, c'est derechef avoir envie d'une nouvelle cuisine. Mejra Hajdarpasic sourit et ajoute malicieusement: «C'est fait exprès!» Ici tout n'est que luxe, calme et prémices de volupté. «On garde une cuisine environ 20 ans, il est normal et légitime de vouloir quelque chose de solide et de beau. Nos grandes tendances en termes de matériaux sont l'orme (un bois que l'on peut teinter plus ou moins foncé mais dont les veines restent esthétiquement apparentes) et le corian pour le plan de travail. Ce matériau est résistant et offre l'avantage de pouvoir être poncé si une éraflure ou une tâche apparait et réparé sans aucune marque apparente s'il se casse. Son plus est indéniablement esthétique puisqu'il ne nécessite aucun joint.»
Notre œil se pose sur un plan de travail en inox et l'on grimace. Une nouvelle fois, la jeune femme précise: «Avec l'inox, la première griffe fait mal mais c'est un matériau qui se patine et vieillit excellemment bien.» Si l'on n'a pas envie de tenter l'expérience, il reste encore l'option pierre naturelle, marbre ou bois, chaque matériau ayant ses avantages et ses inconvénients.

Se poser... ou partir au combat
Pour s'assoir et enfin profiter, rien de très neuf sous le soleil de votre joli lustre de cuisine, si ce n'est l'exquise variété de tissus et motifs proposés par les designers. Tissus à adapter aux chaises hautes puisque les ilôts centraux qui ont la côte, nécessitent de s'assoir en hauteur.
Paula, fashionista jusqu'à la pointe des orteils et croisée à la sortie d'un spécialiste de la cuisine contemporaine, nous confie son projet: «Ma cuisine et spécialement les assises, seront de couleur vert émeraude. Cela se mariera à merveille avec le cannage en osier, prépondérant pour les rangements dans ma cuisine. Pour un effet végétal et branché à la fois, je pense avoir fait mouche. Heureusement, mon mari a compris que ce n'était pas la peine de lutter, même si – insiste-t-elle – nous y passons autant de temps l'un que l'autre, partage des tâches oblige!
Chers lecteurs, remercions Paula de mettre l'accent sur le véritable objectif 2019 en cuisine, à savoir cette fameuse question du partage des tâches qui, parfois, pêche encore un peu. Alors... à vos rouleaux à pâtisserie pour la lutte des sexes!


Texte: Alix Bellac | Photos: Fabricant
Revenir à la liste des articles