Revenir à la liste des articles

Les portes coulissantes, entre discrétion et ostentation

Le 10/06/2020

Les portes coulissantes, entre discrétion et ostentation 

Discrètes, les portes coulissantes intègrent les intérieurs épris d’épure et de minimalisme. Mais elles peuvent avoir une présence plus visible, devenir une cloison mobile permettant de séparer une pièce en deux espaces distincts. Les portes coulissantes entrent en scène et c’est à chacun d’écrire le scénario qui les accompagnera.  

Libérer, moduler l’espace et circuler plus librement ! 

Les portes battantes sons souvent jugées contraignantes, car elles imposent d’organiser la décoration en fonction de leur présence. La porte coulissante offre l’avantage de s’affranchir de ces contraintes et de permettre une circulation plus fluide. Elle est déclinable dans toutes sortes de dimensions et de matériaux, ce qui permet de l’adapter facilement aux besoins et aux goûts de chacun, simple porte ou cloison, tout est possible. Le choix du type de pose, en applique ou à galandage, dépend de la configuration de la pièce (contraintes techniques), de l’esthétique recherchée (présence discrète ou pas), du type de chantier (construction ou rénovation). 

Les portes coulissantes en applique 

La porte coulissante en applique est constituée d’un panneau monté sur un rail coulissant devant la cloison. C’est la technique la plus simple à mettre en œuvre, mais elle laisse la porte apparente. Pour certains c’est un inconvénient, pour d’autres, il s’agit d’un choix esthétique, la porte devient alors un élément fort participant au décor. C’est la solution privilégiée dans le style industriel, où l’on peut choisir de faire coulisser la porte sur un gros rail métallique, laissé volontairement très visible. Le style atelier d’artiste, autre tendance du moment, apprécie les portes de type “verrière”, constituées d’un cadre métallique, vitrées dans leur partie supérieure, elles modulent l’espace en laissant passer la lumière. Dans un esprit minimaliste, les délicates claustras japonaises coulissent sur des rails en aluminium et tamisent la lumière des intérieurs feng-shui.  

Les portes coulissantes à galandage 

Contrairement à la pose en applique, la porte à galandage est très discrète, puisqu’elle devient complétement invisible en s’escamotant dans la cloison. Sa mise en œuvre, un peu plus complexe, exige aussi un peu d’anticipation. On peut doubler la cloison existante pour installer un galandage entre les deux parois, dans lequel la porte va coulisser. Le résultat sera esthétique, mais la cloison assez épaisse. L’autre technique est à prévoir au moment où l’on construit la cloison, elle consiste à installer un bâti préfabriqué à l’intérieur. Cette solution permet de limiter l’épaisseur de la cloison à 10 cm, contre 17 cm avec l’autre technique.  

La porte coulissante n’aurait-elle que des qualités ? 

Le grand reproche que l’on peut lui faire est de ne pas assurer une bonne isolation phonique. C’est un élément plus ou moins important, selon l’usage auquel on la destine. On lui reproche parfois d’être peu solide et de se déboîter facilement. C’est souvent la qualité du rail coulissant qui est en cause, c’est aussi cet élément qui fait varier le prix des produits présents sur le marché.  

Texte : Emilie Di Vincenzo
Image : Unsplash

Revenir à la liste des articles