Revenir à la liste des articles

Luxembourg-centre: Le quartier le plus animé de la capitale

Le 26/10/2016

Le centre-ville, de l’ambition et du caractère

 
De nombreux projets pour le futur 
 

Situé en plein cœur de la capitale, le centre est l’un des quartiers les plus petits et pourtant l’un des plus fréquentés. Commerces, bureaux, institutions culturelles et politiques… le quartier a su au fil du temps devenir le point névralgique de la capitale. Sa diversité et sa richesse font de lui un lieu de caractère, ambitieux et tourné vers l’avenir. Le point avec Madame la Bourgmestre Lydie Polfer.

Madame Polfer, comment s’est développé le quartier au fil des années ?
En regardant vers le futur sans jamais renier son passé. Si vous vous baladez du côté de la vieille ville, puis passez par le plateau du St. Esprit en finissant par le Boulevard Royal, vous vous apercevrez de cette double facette. Il y a un vrai mélange de modernité et d’histoire. Les villas du XIXe siècle et les vestiges du Xe siècle côtoient des bâtiments construits à partir des années 60. Ces différences architecturales représentent bien ce quartier ! C’est aussi dans les rues du centre-ville que vous entendrez parler plusieurs langues en l’espace de cinq minutes. C’est ce qui fait la richesse de notre ville !

Avec 3 438 habitants, le centre-ville est l’un des plus petits quartiers de la capitale, et pourtant l’un des plus attractifs. Comment l’expliquez-vous ?
Il attire des gens venus de tous les quartiers, du reste du pays, et aussi beaucoup de travailleurs frontaliers. Ses commerces, ses restaurants, mais aussi ses bureaux créent une très forte attractivité. Mais ce n’est pas tout. Le centre-ville est aussi un vrai pôle décisionnaire. L’Hôtel de Ville, le Palais grand-ducal, la Chambre des députés ou encore la Cité Judiciaire sont autant d’institutions clefs qui donnent un caractère charismatique au quartier. Le centre attire également de plus en plus de touristes. Nous constatons chaque année une augmentation de sa fréquentation. Le nombre de visiteurs pris en charge par le LCTO en 2015 a progressé de 12,33 % et pas moins de 259 182 visiteurs ont été renseignés par le bureau d’accueil du Knuedler.

Quels sont ses points forts ?
En plus du tourisme, il y a une vie culturelle très riche et de nombreux événements sont organisés sur les principales places du centre-ville tout au long de l’année. Le marché de Noël, la Grande Braderie, mais aussi les festivals en été comme le Rock um Knuedler ou le City Open Air Cinema font vivre ce quartier et attirent de nombreux visiteurs. Des lieux comme le Musée d’Histoire, le Musée National d’Histoire et d’Art, la Villa Vauban, la Cité Bibliothèque, la Cinémathèque ou encore le Théâtre des Capucins contribuent tout autant à l’attractivité du centre-ville et la gastronomie y tient également une place de premier choix. Les nombreux restaurants, cafés et bars confèrent au centre-ville un charme tout particulier. Enfin, il faut noter que les espaces verts y occupent une place importante avec le parc Edmond Klein et la Kinnekswiss qui constituent de véritables zones de récréation et de loisirs dans le milieu urbain et qui sont très appréciés par tous les publics, jeunes et moins jeunes.

Quels sont justement les projets urbains destinés à développer le Centre ?
Le plus important est bien sûr le projet Royal-Hamilius. Le 28 septembre dernier, nous avons posé la première pierre de ce chantier pharaonique. Aux alentours de 2018 – 2019, les usagers pourront profiter de 630 places de parking, de 70 logements, d’un magasin Fnac, d’un Delhaize, de restaurants et de grands espaces publics où tout le monde pourra se retrouver. Nous croyons énormément en ce projet. L’arrivée du tram et le développement des pistes cyclables vont permettre également de faire respirer le centre connu pour sa circulation parfois difficile. Il ne faut pas non plus oublier les travaux dans la vieille ville, dans la rue du Rost et la rue de l’eau, qui viennent d’entrer dans la deuxième phase. Dans les années à venir, l’attrait commercial et historique de cette partie de la capitale va être largement renforcé. Nous avons donc la modernité du côté d’Hamilius et la mise en valeur de notre histoire du côté de la vieille ville.

On constate depuis 30 ans une baisse du nombre d’habitants. Que faire pour y remédier ?
Nous souhaitons plus que tout reconquérir l’espace habitable du centre-ville, qui profite davantage aux commerces et aux bureaux. Le but est de trouver un véritable équilibre comme dans le projet Royal-Hamilius où chacun trouvera sa place, y compris les habitants. La Ville, les investisseurs et les propriétaires doivent travailler main dans la main pour offrir des habitations à prix abordables à toutes les générations et donner à ce quartier un petit coup de pouce pour qu’il soit à nouveau plus « habité ».

D’autres projets immobiliers sont-ils prévus ?
A côté du Royal-Hamilius, il y a en effet d’autres projets immobiliers au centre-ville, par exemple le projet « Fënsterschlass » situé au coin rue des Bains/rue Aldringen, ou encore le projet de réhabilitation de l’ancien Couvent des Dominicains et de la Clinique St François, dans la vieille ville, prévoyant tous les deux des logements de grand standing.
Tous ces projets, une fois achevés, rendront le centre-ville plus attrayant et attireront de nouveaux habitants.
Revenir à la liste des articles